Tom DILLMANN

 L'APPEL de la SUPER FORMULA

Lorsque le jour viendra pour dresser un recensement complet de la foultitude de voitures de course qu’il aura eu le privilège de piloter, Tom Dillmann ne reniera sans doute pas sa réputation de mercenaire des circuits. Dernière mission en date lui étant confiée, celle de pallier deux absences de Pietro Fittipaldi dans la Dallara SF-14 à moteur Toyota du Uomo Sunoco Team LeMans.

 

Inlassablement, à défaut d’avoir été durablement suivi par de solides sponsors, Tom a su rester disponible sur le marché des invitations à courir, des volants occasionnellement libres, fort de l’expérience acquise. Et elles se sont multipliées, en monoplace, endurance proto ou même GT. Cette expérience et son éclectisme lui permettent également de gagner sa vie en reportant ses compétences dans un travail de coaching au service des jeunes pilotes du team allemand Motopark.

Certes, son palmarès n’est pas des plus riches, mais beaucoup de ses rivaux aimeraient voir figurer dans les leurs deux titres de monoplace comme ceux décrochés par l’Alsacien en F3 allemande en 2010 (ATS Cup) et World Series FV8 3.5 en 2016. Auquel on peut joindre aussi sa part dans le titre par Equipes des GP2 Series de Russian Time remporté en 2013 en compagnie de Sam Bird.

 

Les dernières piges en course effectuées par Dillmann en 2017, c’était pour le compte de Venturi Formula E, lorsque Maro Engel était retenu en DTM et que Stéphane Sarrazin a été libéré et “prêté“ à Techeetah. Tom reste actuellement pilote d’essais du constructeur monégasque, a participé récemment au développement de l’actuelle FE, et développe aussi la future en vue de 2019. De là à le voir suppléer à l’absence occasionnelle de l’un des pilotes Mercedes placés dans l’équipe de Gildo Pastor, il n’y a qu’un pas.

 

Ce sera pourtant dans une autre discipline qu’il va revenir sur une grille de monoplaces. Et pas la moins inédite pour lui. Son successeur et dernier lauréat de la World Series Formula V8 3.5, Pietro Fittipaldi, doit manquer deux manches du championnat Super Formula, pour cause de débuts parallèlement engagés en Indycar et Indianapolis. Des spéculations voulaient qu’Oliver Rowland soient le remplaçant du petit Brésilien, petit-fils d’Emerson. Mais c’est finalement Tom Dillmann, 29 ans depuis le 6 Avril, qui a été choisi, malgré sa non-connaissance de la discipline. Ce qui peut en surprendre certains, d’autant qu’il ne devait pas manquer d’autres candidats potentiels.

 

“Ils m’ont contacté il y a une dizaine de jours, et j’ai accepté, car cela fait longtemps que j’envisageais de tenter ma chance au Japon“, avoue Tom. “Depuis de nombreuses années, j’avais des contacts, mais cela n’avait rien concrétisé.

C’est un gros challenge, qui ne va pas être facile, car je n’ai jamais essayé la voiture et je ne suis encore jamais allé au Japon de ma vie. Pour la plupart des pilotes de la Super Formula, ça fait dix ans qu’ils roulent sur les mêmes circuits aussi en Super GT ou Super Formula. Je ne pouvais pas refuser ce challenge. Je suis super heureux de pouvoir y aller. Suzuka ou Fuji auraient été plus faciles. Autopolis et Sugo semblent plus difficiles, assez atypiques, un peu “old school“. Mais ça me plait aussi. Il va falloir apprendre très vite. Mais historiquement, j’ai toujours su faire ça … je suis entrainé en matière d’improvisation“.

 

Seulement quatre pilotes étrangers seront au départ de la première manche du championnat ce week-end à Suzuka : Pietro Fittipaldi, le Néo-Zélandais Nick Cassidy, l’Indien Narain Karthikeyan et l’Anglais James Rossiter, seul européen. Et si, à partir d’Autopolis, ces aventures ouvraient pour Tom des portes vers d’autres teams ou autres disciplines au Japon ?

 “C’est le but. C’est une belle chance de montrer ce que je peux faire, surtout que j’ai droit à deux courses. Je vais tout découvrir à Autopolis, mais quand j’arriverai à Sugo, j’en saurai plus sur la voiture, le championnat, les pneus, etc. Je n’aurai plus qu’à apprendre le circuit“.

 

Mobilisé au Japon pour les deuxième et quatrième semaines de Mai, Dillmann pourrait voir son programme du mois s’étoffer. Et pourquoi pas en championnat du Monde d’Endurance. Car il a été l’un des plus actifs ces dernières semaines à occuper le baquet de la LMP1 de ByKolles Racing, dont l’Anglais Oliver Webb est à ce jour le seul titulaire annoncé pour piloter la Enso CLM P1/01 motorisé par Nismo.

 

“Quand ils m’ont mis aux essais à Alcaniz, tout de suite j’ai été rapide. On a aussi pu bien développer l’auto aussi. Ils m’ont rappelé pour le Prologue du WEC au Paul Ricard. Dans un premier temps, j’étais sensé faire deux heures de roulage, ce qui représentait environ 50 tours“, raconte l’Alsacien. “Mais en fait, je suis monté dans la caisse à 17h30 et j’en suis sorti à 21h30. J’ai fait presque 500 km d’un coup. A chaque série de tours on faisait des réglages et on améliorait la voiture. Quand j’ai laissé le volant, ils m’ont dit d’aller au lit, parce que je devais rouler à nouveau à 7h00. Au final, j’ai bouclé 100 tours et on a fait un chrono assez compétitif. C’est une auto qui est vraiment faite pour le grand circuit du Mans, avec une aérodynamique “low downforce“. Paul Ricard n’est pas un circuit où la voiture excelle. On n’y était pas très vite dans le dernier secteur“.

        Jean-Luc Taillade

La Dallara-Toyota du team LeMans

Tom remplacera Pietro Fittipaldi à Autopolis et Sugo.

Pilote de développement de Venturi en Formula E, Tom Dillmann va reprendre deux départs en monoplace en découvrant la SuperFormula nippone. © DR

Le plateau du WEC 2018

La Enso CLM P1/01 Nismo (jaune et noire), comme les autres LM P1 non-hybrides, espère profiter de la moindre faiblesse des Toyota. © WEC

Soleil couchant sur le Paul Ricard.

ByKolles Racing veut sortir de l'ombre grâce à son Enso CLP P1/01 Nismo. Tom Dillmann espère être de l'aventure. © WEC

Tom Dillmann, Champion d'Allemagne de F3 (ATS Cup) en 2010, entouré par Felix Rosenqvist et Daniel Abt sur le podium de la course 2 du Nürburgring. © ATS Cup

© fortylaps.com - 40Laps.com      © Jean-Luc Taillade                         https://www.facebook.com/fortylaps/                      Conception :  Quentin Guibert  (www.quentinguibert.com)