HALO sur MACAO !

Les Formule 3 classiques ,

actives pendant 36 éditions du Grand Prix,

laissent la place aux nouvelles F3 FIA

Le prestigieux Grand Prix asiatique, pour conserver comme épreuve-phare la discipline lui ayant valu le statut de Coupe du Monde FIA, s'est vu en quelque sorte contraint, en vue de sa 66e édition, d'accueillir les nouvelles monoplaces Dallara plus puissantes mises en service et validées par la fédération internationale pour la saison 2019. Ces nouvelles Formule 3, prenant la suite des GP3 Series évoluant dans le package des Grand Prix F1, sont radicalement différentes des F3 “institutionnelles" qui se retrouvaient depuis 1983 - édition marquée par la victoire d'Ayrton Senna - pour cette épreuve mondiale de fin de saison.

 

Exit donc les F3 du règlement multi-marques, que ce soit en matière de châssis (même si Dallara avait de longue date découragé ses derniers concurrents), ou de moteurs 2 Litres atmosphériques 4 cylindres à bride d'admission imposée, les derniers fournisseurs étant les allemands Mercedes-Benz/HWA et Volkswagen/Spiess, et les japonais Toyota/TOM'S et Tomei.

Cette métamorphose de l'emblématique discipline F3 en une série totalement monotype se signale ainsi par l'emploi d'une Dallara F3 2019 dont la plus grande différence esthétique, réside dans l'adoption, à l'instar de la F1 et la F2 FIA introduite un an plus tôt, du fameux Halo, arceau acier de cockpit destiné à réduire les risques d'impact vers le casque du pilote. 

Côté moteur, c'est maintenant un 6 cylindres de 3.4 litres atmosphériques développant 380 ch, accouplé à une boîte séquentielle Hewland à 6 rapports.

Avec de telles monoplaces, deux autres paramètres techniques vont changer la donne sur le tracé de Guia. En premier lieu les pneus Pirelli habituels de la nouvelle discipline, à la philosophie de dégradation bien plus typée, et dont la gestion sur la durée d'une course pourrait davantage influer que celle des Yokohama des anciennes F3.  D'autre part, l'existence du DRS dans les caractéristiques aérodynamiques des FIA F3 pose question. L'utilisation du système mobile de réduction de traînée, qui sera autorisée dans la plus grande portion de ligne droite, depuis la sortie de la courbe du “Mandarin Oriental“ (du nom de l'Hôtel situé à sa gauche aujourd'hui rappelé “Grand Lapa“) jusqu'au freinage de l'Hôtel Lisboa, va-t-il favoriser des dépassements plus “nets“ ? Mais ne va-t-il pas également conditionner un accroissement des risques d'erreur au freinage en peloton ? Quoi qu'il en soit, les essais du jeudi 14 et vendredi 15 novembre, selon le schéma habituel d'une séance libre suivie par une autre de qualification chaque jour, seront à suivre avec curiosité. Et comme d'habitude avec excitation, tant chaque tour de 6,2 km bouclé reste un morceau de bravoure.

Les nouvelles données techniques de la F3 FIA ont été logiquement au coeur du débat pour des aménagements du circuit de Macao. Jusqu'en 2018, il bénéficiait d'un de degré d'homologation FIA de Grade 3. Avec la puissance plus élevée des monoplaces acceptées cette année, les organisateurs du MGPOC se devaient de travailler avec la FIA pour l'obligation d'élévation du tracé au Grade 2. Ce qui implique des aménagements particuliers des courbes du Réservoir, du Mandarin, de la zone de l'échappatoire et du virage de Lisboa, des enchaînements de la partie haute de Guia Hill, et de “R“ Bend, le dernier droite avant les stands. Suite au très spectaculaire accident de Sophia Flörsch l'an passé, l'installation du circuit, qui démarre pas moins de deux mois avant la date du Grand Prix, a intégré la pose de nouvelles glissières et l'ajout de mousses de protection pour limiter les impacts en divers secteurs les plus potentiellement critiques.

La liste des pilotes engagés sur les 30 F3 FIA vient d'être complétée et l'on note que 14 d'entre eux ont déjà participé au Grand Prix de Macao F3 (Ticktum, Hughes, Shwartzman, Armstrong, Vesti, Ilott, Habsburg, Vips,  Ahmed, Beckman, Sophia Flörsch, Maini, Hon Chio Leong, Andres).

En attendant cette édition du changement, c'est le moment d'une rétrospective sur les 36 éditions de l'ère F3 2 litres, de 1983 à 2018, par quelques images et statistiques. Avec au passage les participations des pilotes et écuries françaises.

                                                                   Palmarès du Grand Prix de MACAO F3

1983        Ayrton SENNA                        Ralt / Toyota                                        West Surrey Racing / Theodore

1984        John NIELSEN                         Ralt / Volkswagen                              VW Motorsport

1985        Mauricio GUGELMIN            Ralt / Volkswagen                              West Surrey Racing / Theodore

1986        Andy WALLACE                      Reynard / Volkswagen                      Madgwick Motorsport

1987         Martin DONNELLY                 Ralt / Toyota                                        Intersport

1988        Enrico BERTAGGIA                Dallara / Alfa Romeo Novamotor    Forti Corse

1989        David BRABHAM                   Ralt / Volkswagen Spiess                Bowman Racing

1990        Michael SCHUMACHER       Reynard / Volkswagen Spiess        WTS Racing

1991         David COULTHARD                Ralt / Honda Mugen                          Paul Stewart Racing

1992        Rickard RYDELL                     TOM'S / Toyota                                    Toyota Team TOM'S

1993        Jörg MULLER                           Dallara / Fiat Novamotor                  RSM Marko

1994        Sasha MAASSEN                   Dallara / Opel Spiess                         WTS Racing

1995        Ralf SCHUMACHER              Dallara / Opel Spiess                         Opel Team WTS

1996        Ralph FIRMAN *                    Dallara / Honda Mugen                      Paul Stewart Racing

1997         Soheil AYARI                          Dallara / Opel Spiess                         Graff Racing

1998        Peter DUMBRECK                 Dallara / Toyota TOM'S                      TOM'S

1999        Darren MANNING                  Dallara / Toyota TOM'S                      TOM'S

2000       André COUTO                         Dallara / Opel Spiess                         Opel Team BSR

2001        Takuma SATO                         Dallara / Honda Mugen                     Carlin Motorsport

2002       Tristan GOMMENDY              Dallara / Renault Sodemo                ASM F3

2003        Nicolas LAPIERRE                 Dallara / Renault Sodemo                Signature Plus

2004        Alexandre PREMAT              Dallara / Mercedes HWA                   ASM F3

2005        Lucas DI GRASSI                  Dallara / Mercedes HWA                   Manor Motorsport

2006        Mike CONWAY                       Dallara / Mercedes HWA                   Double R Racing

2007        Oliver JARVIS                         Dallara / Toyota TOM'S                      Team Reckless TOM'S

2008        Keisuke KUNIMOTO             Dallara / Toyota TOM'S                      TOM'S

2009       Edoardo MORTARA                Dallara / Volkswagen                         Signature Plus

2010        Edoardo MORTARA                Dallara / Volkswagen                         Signature Plus

2011         Daniel JUNCADELLA               Dallara / Mercedes HWA                   Prema Powerteam

2012        Antonio FELIX DA COSTA      Dallara / Volkswagen                          Carlin

2013        Alex LYNN                                 Dallara / Mercedes HWA                   Prema Theodore Racing

2014        Felix ROSENQVIST                  Dallara / Mercedes HWA                   Mücke Motorsport

2015        Felix ROSENQVIST                  Dallara / Mercedes HWA                   Prema Theodore Racing

2016        Antonio FELIX DA COSTA      Dallara / Volkswagen                          Carlin

2017         Daniel TICKTUM                     Dallara / Mercedes HWA                   Motopark Academy

2018        Daniel TICKTUM                     Dallara / Mercedes HWA                   Motopark Academy

* Jarno TRULLI, suite à une erreur de calcul de chronométrage reconnue depuis, fait figure de vainqueur moral.

L'addition des deux manches ayant été mal calculée, après la seconde stoppée au drapeau rouge et écourtée, suite à l'obstruction de la piste dans l'épingle de Melco provoquée par la touchette de Firman.

Pilotes multi-vainqueurs F3 :   Edoardo Mortara, Antonio Felix da Costa, Felix Rosenqvist, Dan Ticktum 2 

Multi-vainqueurs hors F3 :   John MacDonald (Hong Kong/GB)  4  -  Arsenio Laurel (Philippines), Jan Bussell (Singapour),

Vern Schuppan (Australie), Riccardo Patrese (Italie)  2.

Victoires par Team :   TOM'S  5  -  WTS Racing, Signature Plus, Carlin, Prema Racing  3  -  West Surrey Racing, Paul Stewart Racing, ASM Formule 3, Motopark Academy  2  -  VW Motorsport, Madgwick Motorsport, Intersport, Forti Corse, Bowman Racing, RSM Marko, Graff Racing, Bertram Schäfer Racing, Manor Motorsport, Räikkönen Robertson Racing, Mücke Motorsport  1.

Victoires par marque châssis :   Dallara  27  -  Ralt  6  -  Reynard  2  -  TOM'S  1.

Victoires par marque moteur :   Volkswagen  11  -  Mercedes, Toyota  7  -  Opel  4  -  Honda  3  -  Renault  2  -  Alfa Romeo, Fiat  1.

Les pilotes français à Macao :

1983  Jean-Louis Schlesser 6e  -  Cathy Muller  11e  /  1984  Paul Belmondo  13e  -  Michel Ferté  Ab

1985  René Arnoux  6e  -  Pierre-Henri Raphanel  Ab  /  1986  Yannick Dalmas  5e  -  Michel Trollé  8e  -  Jean Alesi  11e  -

           Paul Belmondo  Ab  /  1987  Didier Artzet  7e  -  Eric Bernard  8e  -  Jean Alesi  Ab  -  Bertrand Gachot  Ab  -  Fabien Giroix  Ab

1988  Erik Comas  10e  -  Jean Alesi  11e  -  Jacques Goudchaux  13e  -  Didier Artzet  Ab  -  Christian Vidal  Ab  -  Philippe Gache  Ab

1989  Christophe Bouchut  3e  -  Jean-Marc Gounon  Ab  -  Eric Hélary  Ab  -  Laurent Daumet  Ab  -  Bertrand Gachot  Ab

1990  Laurent Aiello  4e  -  Olivier Panis  12e  -  Eric Hélary  Ab

1991  Christophe Bouchut  16e  -  Yvan Muller  Ab  -  Eric Cheli  Ab  -  Franck Lagorce  Ab

1992  Olivier Thévenin  11e  -  Jean-Christophe Boullion  Ab  -  Christophe Bouchut  Ab  -  Emmanuel Clérico  Ab  - 

            Stéphan Grégoire  Ab  /  1993  Christophe Tinseau  10e  -  Stéphane Ortelli  Ab  /  1995  Laurent Redon  16e

1996  Soheil Ayari  4e  -  Guillaume Greuet  13e  -  Sébastien Boulet  Ab

1997  Soheil Ayari  1er  -  Patrice Gay  2e  -  Stéphane Sarrazin  7e  -  Franck Montagny  Ab  -  Nicolas Minassian  NP

1998  David Terrien  Ab  -  Sébastien Dumez  Ab  -  Franck Montagny  Ab  -  Sébastien Bourdais  Ab

1999  Sébastien Bourdais  Ab  -  Benoît Tréluyer Ab  -  Jonathan Cochet Ab  -  Bruno Besson  Ab  -  Sébastien Dumez  Ab

2000  Jonathan Cochet  11e  -  Mathieu Zangarelli  19e  -  Sébastien Philippe  Ab

2001  Benoît Tréluyer   2e  -  Tristan Gommendy  14e  -  Bruce Jouanny  Ab  -  Jonathan Cochet  Ab

2002  Tristan Gommendy  1er  -  Olivier Pla  Ab  -  Renaud Derlot  Ab  -  Bruce Jouanny  Ab

2003  Nicolas Lapierre 1er  /  2004  Alexandre Prémat  1er  -  Loïc Duval  Ab  -  Eric Salignon  Ab

2005  Loïc Duval   6e  -  Romain  Grosjean  9e  -  Franck Perera  10e  -  Guillaume Moreau  11e

2006  Romain Grosjean  -  5e  /  2007  Franck Mailleux  13e  -  Romain Grosjean  22e  /  2008  Jules Bianchi  17e

2009  Jean-Karl Vernay  2e  -  Jules Bianchi  10e  /  2010  Jean-Eric Vergne  7e  /  2013  Esteban Ocon  10e  /  2014  Esteban Ocon  Ab

2015  Dorian Boccolacci  11e  /  2016  Anthoine Hubert  13e  /  2017  Sacha Fenestraz  7e  -  2018  Sacha Fenestraz  3e

* En bleu les podiums.

Les teams français engagés à Macao :

1984  Oreca  /  1985  Oreca  -  Equipe Serge Saulnier  /  1986  Oreca  -  Alesi/SNPE  /  1987  Oreca  -  Equipe Serge Saulnier

1988  Alesi Jr Team  -  DG Racing  -  Equipe Serge Saulnier  /  1989 Oreca  /  1990  Formula Project Engineering

1991  Graff Racing  -  FPE  -  CYM  3000 /  1992  FPE  /  1993  Promacteme  /  1996  Graff Racing  -  La Filière

1997  Graff Racing  -  LD Autosport  -  La Filière  -  Promatecme  -  ASM F3

1998  Graff Racing  -  ASM F3  -  La Filière  -  Signature  / 1999  ASM F3  -  La Filière  -  Signature  -  Promatecme

2000  Promatecme  -  Signature  -  ASM F3  /  2001  Signature  -  ASM F3  /  Saulnier Racing  /  Signature

2002  ASM F3  -  Signature  /  2003  Signature  /  2004  ASM F3  -  Signature  /  2005  ASM F3  -  Signature

2006  ASM F3  -  Signature  /  2007  ASM F3  -  Signature  /  2008  ART Grand Prix  -  Signature  /  2009  ART GP  -  Signature

2010  Signature  /  2014  Signature  /  2015  Signature

Jean-Luc Taillade

Photos © Macau GP , FIA F3 et Jean-Luc Taillade 

Sous l'impulsion de l'homme d'affaires passionné Teddy Yip Sr et du promoteur Barry Bland, le Grand Prix de Macao est devenu en 1983 la plus prestigieuse épreuve internationale de F3 de fin de saison. Ayrton Senna en fut le premier lauréat, au volant de la Ralt RT3 du West Surrey Racing, ornée des couleurs du Theodore Racing créé par Yip. © DR

Cathy Muller était de la première édition du Grand Prix de Macao F3. L'Alsacienne avait disputé cette année-là le championnat d'Europe avec le team britannique de Roger Heavens. Cathy termina à la 11e place à Macao, l'autre Français Jean-Louis Schlesser prenant la 6e. © DR

Ayrton Senna, entouré de Roberto Guerrero et Gerhard Berger, a ouvert la légende des 36 Grand Prix de Macao réservés aux F3 à moteurs 2 litres bridés, dont la définition technique vient d'être précipitée dans le passé par la nouvelle réglementation FIA 2019. @ DR / Macau GP

L'édition 1990 reste mémorable avec le duel ayant opposé deux futurs champions du monde F1. A cette époque, le Grand Prix se jouait à l'addition des deux manches. L'histoire retient que Mika Häkkinen remporta la première devant Michael Schumacher. Mais l'Allemand, alors en tête de la seconde devant le Finlandais, le tassa dans la ligne droite pour ne pas se faire déborder. Häkkinen dans le rail, Schumacher vainqueur par KO n'y gagna pas la meilleure réputation. © DR / Macau GP

Parmi les pensionnaires du Musée du Grand Prix figure la Reynard-Volkswagen de l'équipe WTS ayant permis à Michael Schumacher d'entrer au palmarès. © JL Taillade

David Coulthard, vainqueur avec Paul Stewart Racing en 91, pour la première victoire d'un moteur Honda/Mugen devant ceux de Christian Fittipaldi (Edenbridge/Theodore Racing) et Jordi Gene (West Surrey Racing). © DR

Après une première participation en 96, achevée à la 4e place, à l'issue d'une course en deux manches remportée par Ralph Firman Jr, et qui aurait dû revenir à Jarno Trulli sans une erreur de calcul de chronométrage décelée des années plus tard, Soheil Ayari devint en 1997 le premier Français à s'imposer à Macao. Patrice Gay compléta le doublé pour Graff Racing et l'Equipe de France FFSA. © JL Taillade

La double page d'entrée du récit de ce Grand Prix d'anthologie dans le n°1113 d'Auto Hebdo en novembre 97. Une époque où la transmission ou acheminement des textes et photos, avant l'avènement de la banalisation d'internet, passait par des réseaux analogiques que l'on peut aujourd'hui qualifier de préhistoriques. © JL Taillade

L'édition 97 restera dans les annales des courses à rebondissements. Après une première manche incroyable, repoussée après un drapeau rouge, suite à un carambolage impliquant en premier lieu Coronel, Angelelli et Ayari, ce dernier auteur d'un effrayant vol plané, Soheil finit par triompher. © JL Taillade

Forte prédominance bleu-blanc-rouge sur le podium 97, avec le duo Soheil Ayari - Patrice Gay, et le Brésilien Enrique Bernoldi à la 3e place Enrique Bernoldi, grâce à sa Dallara-Renault de l'équipe de Serge Saulnier. © JL Taillade

André Couto, le plus connu et meilleur pilote de Macao, a remporté son Grand Prix F3 national en 2000. Ce Portugais d'origine, Macanais de nationalité, vit depuis l'âge de 4 ans dans l'ex-colonie. Il poursuit une belle carrière en GT au Japon et en Asie, et en Tourisme. En 2013, il est remonté sur son podium à domicile en se classant 2e la course derrière Mortara de l'Audi R8 LMS Cup. © DR

Les empilages ou carambolages sont très courants sur le circuit de Guia, notamment à la sortie de la courbe du Mandarin, au freinage de l'Hôtel Lisboa (comme ici en 2001 où Pierre Kaffer et Derek Hayes impliqués juste derrière Ryo Fukuda), ou dans le virage à droite suivant de San Francisco. © DR / Macau GP

Takuma Sato fut le lauréat de l'édition 2001 devant Benoît Tréluyer et Björn Wirdheim. Jean-Louis Schlesser et Cathy Muller s'y sont classés 7e et 12e. © DR / Macau GP

Quatre pilotes français étaient de la 50e édition en 2002 : Renaud Derlot, Olivier Pla, Tristan Gommendy et Bruce Jouanny. © DR / Macau GP

Tristan Gommendy et ASM inscrivirent la seconde victoire tricolore en 2002, la première aussi d'un moteur Renault Sodemo. © DR / Macau GP

Le podium 2002, Tristan Gommendy entouré de Heikki Kovalainen et Takashi Kogure. © DR / Macau GP

2003 était l'année de Signature-Plus, l'équipe de Bourges signant le doublé grâce à Nicolas Lapierre et Fabio Carbone. © DR / Macau GP

Nicolas Lapierre, troisième lauréat français, à la cérémonie de remise des prix 2002 avec Fernando Chui Sai On, à l'époque Secrétaire des Affaires Sociales et Culturelles, et devenu depuis jusqu'en 2019 Chef Exécutif de Macao. © DR / Macau GP

En 2003 eut lieu une démonstration F1 de Jordan Grand Prix avec Ralph Firman Jr. © DR / Macau GP

A ce jour, des vainqueurs du Grand Prix de Macao F3, seuls Ayrton Senna et Michael Schumacher sont devenus par la suite champions du monde de F1. Lewis Hamilton n'y a participé qu'une fois en 2004, l'année d'avant son titre F3 Euro Series. Après avoir gagné la course de qualification, il ne put terminer qu'à la 14e place. © DR / Macau GP

2004 consacra le second succès d'ASM F3 avec Alexandre Prémat, le premier d'un moteur Mercedes/HWA. Franck Perera (Prema) Powerteam prit la 5e place. © DR / Macau GP

Alexandre Prémat, au champagne sur le podium 2004 avec Robert Kubiça et Lucas Di Grassi, reste le quatrième et dernier vainqueur tricolore du Grand Prix de Macao F3. © DR / Macau GP

Loïc Duval vainqueur, mais ce n'était qu'après la course de qualification du samedi en 2005. © DR / Macau GP

Alors membre du Renault Driver Development, Loïc Duval était bien parti pour s'imposer avec sa Dallara de l'équipe ASM. Auteur de la pole position en 2005, puis en pole de de la course finale, une pénalité pour un départ anticipé le relégua au 6e rang. © DR / Macau GP

Lucas Di Grassi et Robert Kubiça, sont montés à nouveau sur le podium 2005, le Brésilien cette fois en vainqueur et le Polonais à nouveau dauphin. Sebastian Vettel accéda à la 3e place pour le compte d'ASM. © DR / Macau GP

Belle 5e place de Romain Grosjean en 2006, engagé avec Signature, après être remonté de la 15e position en course finale. © DR / Macau GP

Oliver Jarvis vainqueur en 2007 avec sa Dallara TOM'S/Toyota dans une édition à forte connotation nippone, car le Britannique était sur le podium avec Tsoudai Tsukakoshi et Kasuya Hoshima. DR / Macau GP

Vue de la partie haute du tracé de Guia pendant une séance d'essais F3, la ville gagnant chaque année de nouveaux buildings, dont le très original Hôtel Grand Lisboa, achevé en 2008. © CGPM / Macau GP

Keisuke Kunimoto fut un vainqueur surprise en 2008 en devançant Edoardo Mortara, vainqueur de la course de qualification. Le Japonais en conférence de presse d'arrivée, Brendon Hartley 3e à droite. © JL Taillade

Jules Bianchi, ici lors de de sa première participation avec ART Grand Prix, ne connut pas la réussite à Macao. © Clément Marin

Jean-Karl Vernay est le dernier français à ce jour à être monté sur la première marche du podium F3 macanais, en 2009. C'était devant Marcus Ericsson et Edoardo Mortara, mais seulement à l'issue de la course de qualification du samedi. © GCS / Macau GP

Départ de la course finale 2009, Mortara prend le meilleur sur Vernay et va signer sa première victoire avec Signature-VW. © GCS / Macau GP

2e l'année précédente, Edo' Mortara prit sa revanche en 2009 devant JK Vernay et Sam Bird. © GCS / Macau GP

Avant de mener une belle carrière en Asie, dans les catégorie GT ou proto, le Suisse Alexandre Imperatori, résidant de Shanghai, participa deux fois au GP de Macao. Ici en 2010 avec le team Toda/KCMG. © JL Taillade

Toujours du folklore sur la grille de départ du Grand Prix, mais très rarement des jeunes mariés ! © GCS / Macau GP

Nouveau doublé Signature-VW en 2010 et nouveau triomphe de Edoardo Mortara, cette fois devant Laurens Vanthoor et Valterri Bottas (Prema). © GGPM / Macau GP

Mortara est le premier de l'époque F3 a s'être imposé deux fois de rang à Macao. © CGPM / Macau GP

Podium 2011, Daniel Juncadella en haut, entouré de Felipe Nasr et Marco Wittmann. © CGPM / Macau GP

Victoire espagnole en 2011, signée Daniel Juncadella (Prema Powerteam). CGPM / Macau GP

Les pilotes F3 de l'édition 2012, en tenue civile sur la Place du Lotus, effigie de Macau. L'année de la première victoire portugaise grâce à Felix da Costa. © GCS / Macau GP

2013, l'année du soixantième anniversaire du Grand Prix, a été inaugurée la nouvelle tour de contrôle du circuit. GCS / Macau GP

Chaque année, des groupes locaux d'hôtellerie et casinos participent au financement de l'épreuve et de certains concurrents. Ici l'Estonien Kevin Korjus en 2013. © GCS / Macau GP

Alex Lynn s'est montré intouchable en 2012 avec Prema Powerteam, pour sa seconde participation. A sa droite son ingénieur français Jean-François Levère. © JL Taillade

Débuts remarqués en 2013 pour Esteban Ocon avec Prema Powerteam, pour sa première véritable course de F3 internationale conclue à la 10e place, après une belle remontée. © GCS / Macau GP

Plusieurs futurs pilotes F1 dans la photo de famille 2014. Parmi eux, Esteban Ocon, Max Verstappen et Antonio Giovinazzi ne parvinrent pas à épingler Macao à leur palmarès. © GCS / Macau GP

Opportuniste en course finale suite à l'accrochage impliquant Tom Blomqvist et Esteban Ocon, Felix Rosenqvist s'est imposé en 2014 avec Mücke Motorsport. © GCS / Macau GP

Avant la Colombienne Tatiana Calderon (13e en 2014), la seule femme ayant participé à la classique mondiale de la F3 fut Cathy Muller, 12e en 83. © CGPM / Macau GP

Quatrième de la course de qualification en 2014, Esteban Ocon tenta de prendre la tête au premier freinage dans la course finale. Mais Auer vint se rabattre au dernier moment sur Blomqvist, qui s'accrocha avec le Français champion d'Europe. © CGPM / Macau GP

Teddy Yip Jr a ravivé les couleurs Theodore Racing crées par son père, tandis que Charlie Whiting, disparu récemment, fut longtemps le directeur de course du Grand Prix de Macao. © CGPM / Macau GP

L'équipe Signature de Philippe Sinault, trois fois victorieuse à Macao, est revenue en 2015 avec Dorian Boccolacci et Alexander Albon. © JL Taillade

Charles Leclerc a offert à l'équipe néerlandaise Van Amersfoort Racing une magnifique 2e place en 2015. Le jeune Monégasque fut le plus coriace adversaire du Suédois Felix Rosenqvist, auteur de son second succès, cette fois avec Prema Powerteam. © JL Taillade

Felix Rosenqvist félicité dans le parc fermé par René Rosin, le Team manager de Prema Powerteam. © GCS / Macau GP

De retour à Macao en 2016, Antonio Felix da Costa a réussi son pari de remporter le Grand Prix une seconde fois au sein du team de Trevor Carlin. © GCS / Macau GP

En 2016, malgré les difficultés à réunir le budget, le plus que regretté Anthoine Hubert avait pu s'aligner à Macao grâce aux efforts de Frits Van Amersfoort et de son sponsor Olivier Lamirault. © GCS / Macau GP

Podium 2016, Antonio Felix da Costa entouré de Felix Rosenqvist et du Brésilien Sergio Sette Camara. © GCS / Macau GP

Macao est en bonne place dans le meilleur du palmarès de Daniel Ticktum. Avec le team Motopark Academy de Timo Rumpfkeil, le Britannique au caractère fantasque s'est imposé en 2017 et 2018, comme avant lui en F3 Edoardo Mortara (2009-10) et Felix Rosenqvist (2014-15). Il a rejoint les autres doubles vainqueurs de l'histoire du Grand Prix, dont aussi en F3, Antonio Felix da Costa (2012-16) et les Laurel, Bussel, Schuppan, Patrese et Lees. © ID / Macau GP

Ferdinand Habsburg reste le héros malheureux de l'édition 2017. Tentant de prendre l'avantage pour la victoire sur Sergio Sette Camara dans le tout dernier virage, l'Autrichien et le Brésilien partirent tous deux à la faute, au profit de Dan Ticktum. Habsburg parvint à passer la ligne d'arrivée en 4e position. © GCS / Macau GP

Troisième féminine à disputer le Grand Prix de Macao, après Cathy Muller et Tatiana Calderon, Sophia Flörsch (Van Amersfoort Racing) fut victime de l'un des plus effrayants accidents vus sur le circuit de Guia, au virage de Lisboa. L'Allemande s'est heureusement bien remise de ses blessures au dos. © JL Taillade

Après sa belle 7e place de 2017, de nouveau aux couleurs de Michel Vaillant avec sa Dallara du team Carlin, Sacha Fenestraz s'est offert la troisième marche du podium derrière le duo de Motopark, Dan Ticktum et Joel Eriksson. © GCS / Macau GP

Daniel Ticktum, “l'enfant terrible“ actuel de la monoplace, vient d'être écarté de la filière Red Bull, avant même la fin de sa saison en Super Formula japonaise. Le Britannique va tenter le pari de conquérir en mercenaire une 3e victoire dans son épreuve fétiche, avec le team Carlin. Ici avec Alexis Tam (Secrétaire aux Affaires Sociales et Culture). Mais cette fois la tâche sera plus ardue, plusieurs adversaires ont plus d'expérience des nouvelles F3 FIA, bien différentes. © ID / Macau GP

Les cockpits découverts ont vécu avec l'abandon des F3 classiques (ici celle de Mücke Motorsport et du Danois Mikkell Jensen en 2015), désormais versées dans l'histoire, au profit des nouvelles F3 FIA dotées du système “halo“. Un argument indéniable pour la sécurité. © JL Taillade

Tout frais champion en titre de la nouvelle F3 FIA, prolongement des GP3 Series, le Russe Robert Shwartzman sera l'un des grands favoris de cette 66e édition. Tout comme son dauphin néo-zélandais Marcus Armstrong, l'un de ses équipiers au sein de Prema Theodore Racing, tous parallèlement déjà rodés aux spécificités de la discipline et du tracé macanais. © FIA F3 / LAT

De retour au Grand Prix de Macao, l'équipe ART Grand Prix sera la seule française présente cette année. L'équipe de Sébastien Philippe peut compter sur le Danois Christian Lundgaard, son pilote de pointe, 6e du championnat F3 FIA 2019, mais aussi Ferdinand Habsburg, le pilote DTM resté sur un goût d'inachevé au terme de l'édition 2017. © FIA F3 / LAT

Les spécificités du circuit urbain de Macao, parmi les plus difficiles au monde, nécessitent les moyens télévisuels les plus modernes dans la salle de contrôle, où les officiels sont loin d'avoir la partie facile. © ID / Macau GP

La première courbe passant à fond fait partie des zones en voie d'être réaménagée pour la sécurité, en vue d'une désormais homologation du tracé élevée au grade 2 FIA. L'arrivée des nouvelles F3 FIA plus puissantes dans la cité chinoise a nécessité ce changement de statut du circuit. © ID / Macau GP

Ici en conversation avec le pilote portugais de “safety car“ Bruno Correia, le Français Rafael Galiana est le fabricant des Tecpro dont plusieurs zones supplémentaires du circuit vont être dotées. © JL Taillade

L'emploi des F3 FIA, toutes dotées d'un moteur turbo Mecachrome, marque la fin de la concurrence entre fabricants de moteur qui fournissaient la discipline jusque là. En 36 éditions F3 à Macao, Volkswagen restera le plus capé avec 11 succès. En photo la Dallara-Signature de Dorian Boccolacci en 2015. © JL Taillade

© fortylaps.com - 40Laps.com      © Jean-Luc Taillade                         https://www.facebook.com/fortylaps/                      Conception :  Quentin Guibert  (www.quentinguibert.com)