GP de Macao F3 2013 - Les grands débuts d’Esteban Ocon (2/5)

Sur ce très spécial tracé urbain de Guia, le jeudi marque véritablement le début de l’épreuve pour l’élève Ocon. Au programme, la première séance libre, suivie de la première qualification.

Esteban est maintenant bien calé sur les horaires macanais. Le premier roulage approche et il va s’accommoder au début d’une légere brume produisant un léger crachin. “Lever à 7h, et on est arrivé au paddock vers 8h30. On a répété la stratégie choisie pour la séance. Et commencé à rouler à 10h55, d’abord pour un tour d’installation pour vérifier la radio. A tous les virages je demandais s’ils m’entendaient.

La première impression forte, c’est lorsque j’ai vraiment accéléré. Là j’ai ressenti la puissance de la voiture, du fait que le décor défile très vite et que la voiture fait plus de bruit, car le pot d’échappement est libre à Macao. Notamment encore plus quand on passe sous les ponts, ça raisonne et c’est super sympa.“

 

J’ai haussé le rythme progressivement, car c’est assez difficile. Je ne contrôlais pas et il fallait que j’apprenne la voiture et le circuit, qui est l’un des plus difficiles au monde. J’en ai gardé sous le pied, mais j’ai commencé à me rapprocher de l’intérieur des virages, tout en gardant de la marge à l’extérieur en sortie. A la fin de la séance libre, quand j’ai touché légèrement, juste une rayure sur une dérive avant, c’est juste que je n’ai pas assez tourné. J’ai fait trois arrêts au stand en tout, et des essais de départ. L’embrayage carbone était nouveau pour moi et c’est assez difficile car il réagit beaucoup aux différences de chaleur. Plus il est chaud et plus il a du grip. En plus il y a le système de frein à main que je découvrais. Apparemment mes départs étaient bons.“ Ocon conclut sa première séance en 18e position avec 2’17“474, soit à 2“9 du meilleur temps signé par Alex Lynn.

“Pour la première qualification on n’a pas mis de pneus neufs, pour les garder pour la deuxième. On l’a abordée comme une séance d’essais libres. On m’a dit de pousser un petit peu plus, mais de ne pas prendre de risque. En fin de séance, j’ai touché de la roue arrière gauche dans la dernière courbe 7 minutes avant la fin, et j’ai crevé. En fait c’était un peu nul de la manière dont je l’ai fait. J’étais sorti large au virage d’avant, et j’ai sali mes pneus. Je les ai pas assez nettoyés et en voulant préparer le tour suivant en poussant dans le dernier virage, j’ai perdu l’arrière. J’ai cassé une jante et détruit un pneu. En regardant plus tard les acquisitions de données, j’ai vu que j’étais 20 km/h moins vite. Disons que c’était une faute de manque d’expérience.“ Le genre d’erreur que même les plus expérimentés ne peuvent éviter sur le juge de paix de Macao. Sainz et Rosenqvist, dès la première libre, ou Lynn, en première qualif, ont par exemple connu des mésaventures bien plus dommageables pour leurs monoplaces. “Je ne comprends pas encore parfaitement la voiture, il y a encore beaucoup de choses à travailler. Il y a une bonne adhérence sur la trajectoire, mais plus du tout à l’extérieur dès qu’on en sort à l’extérieur. Mais ça ne devrait pas aller mal demain, car la voiture a l’air de bien marcher“, en déduit Esteban, pointé 18e avec le chrono de 2’15“119, soit à 2“3 du poleman provisoire, Felix Rosenqvist.

Jean-Luc Taillade 

Photos © Jean-Luc Taillade & Paolo Pellegrini

Stéphane Guérin et Marcello Alfieri attentifs aux premiers tours de roue d'Esteban. © JL Taillade

Une rayure de la dérive gauche de l'aile avant droite en première séance libre. © JL Taillade

Esteban après la première journée d'essais : pas d'autosatisfaction. © JL Taillade

© JL Taillade

© JL Taillade

© fortylaps.com - 40Laps.com      © Jean-Luc Taillade                         https://www.facebook.com/fortylaps/                      Conception :  Quentin Guibert  (www.quentinguibert.com)