Aurélien Comte

La confirmation de l'année

Les Français du WTCR avant le final de Macao - 5/7

S’il n’est apparu sur les grilles internationales que récemment, en ETCC puis TCR Europe (Champion 2017), le trentenaire bordelais, natif de Paris, possède une solide expérience des berlines de Tourisme, puisqu’il a passé nombre d’années dans les rangs des formules de promotion de la marque sochalienne. Depuis Zandvoort, où il a imposé sa 308 en course 2, et surtout depuis le milieu de saison, Aurélien Comte s’est hissé dans les pilotes qui comptent pour les podiums.

 

« Depuis quelques courses, ça va bien, mais on a eu un peu de mal en début de saison. Il fallait s’y attendre un petit peu, avec une nouvelle voiture, un nouveau championnat. Il fallait que je m’adapte moi-aussi. Puis on a commencé à mieux comprendre le “truc“.

J’ai participé au développement de la 308 Cup et de la 308 TCR. Sur cette dernière, les éléments aérodynamiques entrent un peu en compte, et globalement elle est un peu plus performante sur tous les plans. La philosophie est une peu la même. Mais ce qui nous a un peu perturbé au début, c’est le paramètre pneus. En TCR l’an passé avec la première version, on roulait en Michelin, et quand on a commencé le développement de la 308 TCR, on n’utilisait que ce pneu qui était celui du règlement. Au final, pour le WTCR, ils nous ont mis du Yokohama. Quand on en a utilisé en fin de développement, ça paraissait très bien, mais les conditions étaient encore hivernales. Le Yoko’ acceptait bien, mais on n’a pas roulé avec dans des conditions de course et des températures plus élevées comme on allait en trouver. En fait ce sont des pneus beaucoup plus tendres qui se dégradent très vite.

Même si notre voiture roule plus légère, pour compenser le petit moteur 1600 Turbo, je ne pense pas que l’on est plus avantagés pour la dégradation des pneus. De même, en matière de vitesse de pointe, nous ne sommes pas du tout désavantagés, même si les Audi sont un peu plus rapides.

 

C’est à Zandvoort que les bons résultats se sont déclenchés. (Notamment par un départ canon d’Aurélien en course 1. Ndlr.). La Peugeot démarre très très bien, on avait beaucoup travaillé cet hiver avec les stratégies de départ. Depuis, nous sommes assez réguliers dans la performance, hormis lors de la première manche chinoise à Ningbo, où on est passés un peu à côté. Et entre temps ils nous ont rajouté du poids. Est-ce nous qui n’avons pas réussi à comprendre la voiture alourdie, ou est-ce que ça nous a vraiment handicapé ? On ne sait pas trop. Mais depuis, on était assez performants. »

 

Comment le rookie du WTCR analyse les effets de la BOP et du “Compensation Weight“ ?

 

« C’est surtout difficile à anticiper, car il y a de nombreux paramètres qui rentrent en compte. Mais c’est carrément une belle discipline, car toutes les voitures sont en mesure et arrivent au final à gagner au moins une fois dans la saison, même si les poids varient et évoluent d’un modèle de voiture à l’autre. Il y a un niveau de fous, et rien déjà que d’entrer dans les dix est déjà super. C’est hyper serré, avec quinze à vingt pilotes dans la seconde. C’est énorme à ce niveau-là !

 

Je n’avais pas encore d’expérience dans ces championnats internationaux, mais mon ressenti jusque-là est vraiment top. Il y a vraiment une bonne ambiance et un bon respect entre les pilotes. C’est vraiment assez respectueux et il n’y a pas trop d’histoires. Franchement je trouve ça super. Je m’y vois bien pour plusieurs années. Et j’espère aussi que ça va continuer longtemps, car on nous disait que c’était juste une transition pour deux ans et qu’ils voulaient passer à autre chose. J’espère qu’ils vont garder ce concept-là. Après, il ne faut pas que cela s’envole non plus. Déjà, la Hyundai est un peu limite, pas trop dans la philosophie du TCR. Il faut s’arrêter-là et que ça n’aille pas plus loin dans la définition et les performances des voitures. Sinon ça va être la course à l’armement et les constructeurs ne vont plus vouloir s’y impliquer, ce qui risquerait de tuer la discipline. »

 

Ton état d’esprit avant Macao ?

« Ce sera une découverte totale pour moi, comme d’ailleurs tous les circuits depuis le début de la saison, sauf Zandvoort et Slovakia Ring. Mais là c’est un peu atypique. J’ai fait beaucoup de simulateur et j’ai regardé des vidéos aussi. Je pense que les qualifications vont être super importantes. »

        Jean-Luc Taillade

© fortylaps.com - 40Laps.com      © Jean-Luc Taillade                                                                                                                        Conception :  Quentin Guibert  (www.quentinguibert.com)