ART Motorsports: 10ème anniversaire

A la veille de la soixantième édition du Grand Prix de Macao, l’écurie locale gérée par Philippe Descombes, et propriété de Luis Lui et de Carlos et Rodolfo Avila, fêtait ses dix ans d’activité.

En novembre 2003, le circuit citadin de Guia voyait la première participation d’une monoplace de cette nouvelle structure, Asia Racing Team Motosports, dont l’atelier siège sur le circuit permanent tout proche de Zhuhai. A sa tête sur le plan technique et logististique, le Français Philippe Descombes. Pour expliquer la présence de ce Français à Zhuhai et Macao, voici un extrait de l’article que nous avions publié dans le numéro 1788 d’Auto Hebdo, en janvier 2011 :

Nous sommes en 1997. Philippe Descombes, jeune pilote ne faisant pas partie des nantis, se retrouve à la fin de la saison sans perspective réaliste pour persévérer derrière un volant. Et ce malgré un titre fraîchement acquis en championnat de France de Formule Renault, dans le classement amateurs réservé aux voitures de plus d’un an. Après une période karting marquée par un titre en Challenge Yamaha, ce natif de Palaiseau (Essonne), mais principalement élevé à Nevers et au pied des Pyrénées, avait pu aborder la monoplace grâce à l’aide conjuguée de Tico Martini, du regretté Claude Fior, et bien sûr de son père. Ce dernier est une "figure" peu banale des circuits français. Robert Descombes n’est autre qu’un ancien pilote amateur, mais surtout mécanicien professionnel devenu, dans les années 70, l’un des chefs d’équipe les plus expérimentés. René Arnoux, Alain Prost et plus récemment Emmanuel Collard, entre autres, se souviennent des compétences de celui qui fut l’un des bras droits de Hugues de Chaunac chez Oreca, avant de clore sa carrière avec sa propre structure, peu avant la fin du siècle dernier. C’est donc en 1996 que son fils, Philippe, débute pour trois courses FR avec ce châssis MK72 généreusement prêté par Tico Martini. Cette même monoplace est engagée dans la foulée pour une saison complète, au sein de l’équipe Norma Auto Concept, avec le succès que l’on sait. C’est aussi à cette époque que Claude Fior, le concepteur des Formule Campus pour la Filière Elf, noue un partenariat avec Kenneth Ma, un homme d’affaires hongkongais passionné, désireux de développer le sport auto en Chine avec sa société Formula Racing Development (FRD). Le destin asiatique de Philippe est dans l’œuf : « Claude m’a proposé de venir en Chine. Mon premier boulot fut de m’occuper en 1998 du team dans le championnat de Chine de karting que FRD avait monté, pour promouvoir l’accès à la Formule Campus dont une vingtaine de monoplaces avaient été vendues.

Parallèlement, je suis devenu instructeur de l’école de pilotage Campus. Je me rappellerai toute ma vie du jour où je suis arrivé en Chine... comme dans un piège. C’était à Nanjing (Nankin, à 300 km au nord-ouest de Shanghai. Ndlr.) Je suis arrivé un jour avec ma valise, mon blouson en cuir et mon passeport et là, à l’aéroport, il faisait 40 °C, il y avait 90 % d’humidité, une pollution incroyable... et énormément de Chinois partout ! On ne voyait pas le ciel. L’horreur ! Un vrai choc. Je suis arrivé directement là-bas pour une course de karting. Ma première semaine n’a pas été facile. Mais comme on travaillait, on s’en fichait un petit peu... À l’époque, j’étais jeune et je me suis dit qu’il fallait voir comment tout cela allait évoluer. Maintenant, quand j’y repense, je trouve que c’était une bonne expérience, qui forge un peu le caractère. » Après cette phase d’approche, Philippe Descombes met le cap au Sud, vers la première piste permanente chinoise : « Quand je suis arrivé au circuit de Zhuhai, la vie est devenue vraiment plus cool, avec la mer tout près, et le ciel bleu. Mais à l’époque, Zhuhai n’était pas encore ce qu’elle est maintenant. Nous étions trois ou quatre expatriés et, dans la rue, les gens nous montraient du doigt, avec nos grands nez, nos yeux de différentes couleurs... Ils venaient nous toucher... C’était un peu folklorique la première année ! Cela dit, j’en garde un bon souvenir. Depuis, les choses ont changé, et nous sommes environ 3000 expatriés à vivre là, dont une soixantaine de Français. Pour ceux qui arrivent maintenant en Chine, le changement est beaucoup moins radical. »

Nouvel El Dorado

Le ZIC (Zhuhai International Circuit) est devenu le terrain de jeu idéal pour le monde automobile de cette région d’Asie, dont Hong Kong est en quelque sorte la plaque tournante. Philippe Descombes et Fabien Fior, le fils de Claude, se voient ainsi confier des postes clés pour développer sur le circuit l’activité de FRD. « En 99, la Campus a continué, mais Claude est revenu avec ses nouveaux F99, évolutions du Spider Renault, qui ont servi en école de pilotage et compétition. En 2000, FRD a fait venir en Chine la FR 2.0, ce qui représentait une étape importante car c’est une vraie voiture de course. En 2002, le championnat s’est ouvert à d’autres équipes. Durant ces années, grâce à FRD, j’ai pu courir occasionnellement en FR 2000. Jusqu’à l’arrivée de la FR 2.0, il s’agissait de la FR locale, équipée de châssis Argo. C’était surtout à Zhuhai et à Macao, où d’ailleurs j’ai gagné deux fois. » Malheureusement, en 2001, Claude Fior décède dans un accident aux commandes de son avion, tout près de son fief de Nogaro. Son épouse Maïe et Fabien, malgré les difficultés, vont parvenir à pérenniser la petite entreprise Fior Concept qui, avec l’arrivée récente d’un associé, lui permet de poursuivre l’œuvre de celui que tous surnommaient amicalement "Pif". En Chine, si FRD prospère grâce à l’engagement croissant de Kenneth Ma, devenu un important promoteur de championnats, Philippe Descombes est désormais bien acclimaté, au point d’y fonder sa petite famille. Très peiné par la disparition de son bienfaiteur, il voit alors se présenter en 2003 une belle opportunité. Il fait connaissance de Rodolfo Avila, un jeune pilote macanais d’origine portugaise qui signe d’excellents débuts chez FRD. « On s’est bien entendu, et fin 2003, avec l’aide de son père, nous avons décidé de créer Asia Racing Team Motorsports, en association aussi avec Luis Lui, un homme d’affaires chinois de Macao. L’objectif premier était bien sûr la FR, seul championnat sérieux à l’époque en Asie du Sud. » ...

Le samedi 9 novembre au soir, Asia Racing Team Motorsports, pour commémorer ses dix ans d'existence, avait réuni tous les membres de l'équipe,  ainsi que ses partenaires et invités, au restaurant chinois de l'Holiday Inn de Macao.

Jean-Luc Taillade

© fortylaps.com - 40Laps.com      © Jean-Luc Taillade                                                                                                                        Conception :  Quentin Guibert  (www.quentinguibert.com)